BLOG DES AMIS DE PAUL-ÉRIC BLANRUE --- ARCHIVES, ACTUALITÉS, PROSPECTIVES --- DÉMYSTIFICATION ET CONTRE-HISTOIRE

jeudi 7 octobre 2010

BLANRUE - échantillon zététique (3) : "Jeanne d'Arc, princesse de sang royal?"

Nous sommes dans le premier tiers du XVème siècle, en pleine Guerre de Cent Ans. Sous le règne de Charles VI, surnommé le "roi fou", la France vit des heures tragiques. Il y a d'un côté les partisans du duc Louis d'Orléans, les Armagnacs, défenseurs des droits de la dynastie capétienne et de l'autre, ceux de Jean Sans Peur, les Bourguignons, qui soutiennent les intérêts du duché de Bourgogne. L'Angleterre a profité de la guerre civile pour prendre pied dans le royaume des Lys. En 1415, Azincourt a été pour la France une défaite catastrophique qui a décapité la noblesse et provoqué l'installation dans le nord des troupes d'Henri V, lequel ne songe qu'à reconquérir les territoires perdus depuis 1360. Les Bourguignons, qui se sont peu à peu liés aux Anglais, se sentent pousser des ailes.
Dans leur lutte acharnée, les deux factions rivalisent d'atrocités. Le duc d'Orléans est assassiné en 1407 et le commanditaire de son meurtre, Jean Sans Peur, qui s'apprêtait à ceindre la couronne royale, l'est à son tour, lors d'une entrevue avec le Dauphin, en 1419.
Par peur ou par ambition, après avoir favorisé le parti armagnac, la reine Isabeau de Bavière, mise à la tête du conseil de régence, se rallie aux Bourguignons et, en 1420, concède aux Anglais le fameux "traité de Troyes". Dans cet acte, elle laisse planer le doute sur la paternité du Dauphin qu'elle déshérite au profit d'Henri V, à qui elle donne sa fille Catherine de Valois en mariage et qu'elle fait reconnaître comme "héritier de France".

 

Apparition miraculeuse d'une héroïne


Mais la fusion des deux royaumes ne se réalise pas. La mort, à quelques semaines d'intervalle, d'Henri V puis de Charles VI, laisse face à face deux "prétendants" d'un genre un peu particulier : "Henri VI", un bébé de la dynastie des Lancastre qui ne marche pas encore mais qui est reconnu par la moitié nord du royaume, sous occupation anglaise, dont la prestigieuse Université de Paris, les grands seigneurs et les prélats ; le Dauphin Charles, théoriquement "Charles VII", reconnu avec peine dans la partie méridionale du pays -un garçon indolent sinon apathique, peu sûr de sa légitimité depuis les sous-entendus du traité de Troyes.
A peser les forces en présence, les Anglais semblent promis à un glorieux avenir dans les délais les plus brefs. Le duc de Bedford, tuteur d'Henri VI, devient régent du royaume. Ses armées paraissent sur le point d'écraser les rares poches de résistance qui subsistent au nord de la Loire, comme la ville d'Orléans.
Mais le mois de février 1429 va marquer un tournant décisif dans le déroulement du conflit. Le 25, à Chinon, le roi Charles, entouré de 300 courtisans parés de somptueux atours, accorde, dans une salle illuminée de 50 torches, une entrevue à une jeune fille des marches de Lorraine qui se dit inspirée par Dieu.
Elle prétend mener les armées à la victoire. Est-elle folle ? Le Dauphin ne le pense pas. La petite paysanne parvient à gagner sa confiance. Elle obtient assez vite des troupes avec lesquelles elle part sur-le-champ "bouter les Anglais hors de France"... Le plus surprenant, c'est que son apparition coïncidera avec la reconquête progressive des territoires envahis.
L'histoire a enregistré cette adolescente sous le nom de "Jeanne d'Arc". Qui est-elle ? D'où vient-elle ? Comment expliquer cet incroyable retournement de situation ? En face de "l'histoire officielle" s'est dressée une thèse, sur laquelle les dictionnaires, les encyclopédies, l'enseignement et les médias seraient réputés "faire silence"...

 

"Bâtardisants" et "Survivistes"

 




Blason de la pucelle
Cette histoire silencieuse recouvre deux courants. Le premier en date fut essentiellement animé par Jean Jacoby (qui en fut le promoteur), Edouard Schneider et Jean Bosler. Pour eux, Jeanne n'était pas la fille de Jacques d'Arc et d'Isabelle Romée; par sa naissance, elle appartenait à la Maison d'Orléans, ce qui expliquerait son statut, sa connaissance de la Cour et du monde des armes (ce sont les "bâtardisants"). Le second, lancé par Jean Grimod, reprend l'argumentation précédente et lui donne un prolongement insolite. Partant du fait que, princesse royale, Jeanne n'aurait pu être brûlée à Rouen, cet auteur assure qu'on la fît évader et précise qu'on retrouve sa trace quelques années plus tard, mariée à un chevalier lorrain, sous le nom de Jeanne des Armoises.Cette thèse, fusionniste, bénéficie depuis les années 50 d'une certaines popularité parmi des "historiens" qui se baptisent "dissidents", tels que Jean de St Jean, André Guérin, Gérard Pesme, David-Darnac, Pierre de Sermoise, Florence Maquet, Robert Ambelain, Etienne Weil-Reynal ou encore André Brisset ; Yann Grandeau, dans son magnifique ouvrage Jeanne insultée, leur préfère le surnom de "survivistes".
Sur quoi les uns et les autres fondent-ils leur démonstration ? Sur une série de faits apparemment troublants, qui, à les en croire, forment un "faisceau de présomptions" difficilement contestable. En voici les plus marquants, répartis en 11 points.

 

Un état civil bien suspect...

 

  1. Tout d'abord, de son vivant, Jeanne n'a jamais porté le nom "d'Arc". "Personne, de son temps, ne l'a nommée : Jeanne d'Arc ; nom pastiche, fabrication tardive...", écrit Henri Guillemin.
    "Lors de son procès de Rouen, précise A. Brisset, on lui demande intentionnellement son nom et son surnom. Elle ne donne ni l'un ni l'autre. Elle déclare s'appeler Jehanne en France et Jehannette à Domrémy : ce sont là des prénoms (...). Toutes lettres de Jehanne, sans exception, commencent ainsi "Moi, Jehanne la Pucelle". Il faut noter une même absence au procés de réhabilitation en 1456. N'est-ce pas curieux ? Pour quelles obscures raisons Jeanne elle-même, son entourage et ses juges chercheraient-ils à taire le véritable nom de la Pucelle ?
  2. Autre extravagance alléguée : la date de naissance de Jeanne. Incertaine, elle aussi, brouillée comme à dessein.
    "Jeanne, elle même, est très réservée sur cette question, assure J. Jacoby; à son procés elle déclare qu'elle a 19 ans ou environ, à ce qu'elle croit (ce qui la ferait naître en 1412, comme la thèse "classique" le soutient). Voici une réponse bien vague (...). Or, poursuit le "dissident", il n'existe aucun document concernant la naissance de Jeanne...". Il faut donc, pour davantage de précision, s'en remettre aux témoignages qui ont été recueillis lors des procés de 1431 et 1456. Et si l'on se réfère à celui d'Hauviette de Sionne, qui a 45 ans en 1456, que lit-on ? "Bien souvent, j'ai été avec Jehanne chez son père (...). Jehanne était plus âgée que moi de trois ou quatre ans.".
    Comme Hauviette est née en 1411, cela fait naître Jehanne "en 1407-1408" et non en 1412! Un autre témoignage, extérieur aux procés, viendrait confirmer cette datation : celui de Béroalde de Verville. Ainsi pour G. Pesme "on ne peut discuter ni mettre en doute le témoignage de la dame Béroalde de Verville qui raconte qu'elle entendit, à Chinon, en mars 1428, lors de sa réception, Jehanne répondre au roi (qui le lui demandait) que "son âge se comptait par trois fois sept", "soit, calcule Pierre de Sermoise, " vingt et un an au début de l'année 1429". Cela nous ramène une nouvelle fois aux alentours de l'année 1407, ce qui serait donc l'année réelle de la naissance de Jehanne. "L'histoire officielle" l'aurait rajeuni ? Pourquoi? Y-aurait-il anguille sous roche ?
    Miniature ornant le poeme de Charles d'Orleans
  3. Une lettre contemporaine des événements est censée nous aider à percer le "mystère" : celle de Perceval de Boulainvilliers, chambellan de Charles VII, qui fut adressée le 21 juin 1429 à Philippe-Marie Visconti, duc de Milan et frère de la veuve du duc d'Orléans. A. Brisset en a résumé le contenu : "Dans la nuit, une petite troupe de cavaliers venant de Paris et accompagnant une haquenée sur laquelle était une femme portant un bébé chaudement enveloppé dans des couvertures s'arrêta devant la porte de Jacques d'Arc (...). Ils frappèrent à la porte à coups redoublés, réveillant les foules. Le tintamarre réveilla aussi les gens de Domrémy très étonnés par ce remue-ménage. "A. Brisset cite alors Perceval "mot à mot" : "ignorant la naissance de la Pucelle, ils allaient çà et là, s'informant de ce qui était arrivé". Notre enquêteur ajoute qu'on s'aperçoit, après une lecture attentive, que "la fin de la lettre n'a aucun rapport avec le début". Quel serait en effet le lien entre l'arrivée des cavaliers et la naissance de la Pucelle? Ce lien lui paraît évident si l'on remplace "naissance" par "venue". Il faut donc comprendre que les habitants de Domrémy "ignorant la venue de la Pucelle allaient çà et là, s'informant de ce qui était arrivé". P. de Sermoise y voit l'oeuvre de "porteurs de flambeaux". Comme ceux-ci seraient réservés à l'escorte des personnalités royales, il ne reste qu'à plus conclure que Jeanne d'Arc n'est pas née à Domrémy, qu'elle y a été amenée, dans le plus grand secret, lors d'une froide nuit d'hiver, par une escorte officielle, en "1407-1408".

     

    Les amours coupables d'Isabeau et de Louis


  4. Que s'est-il donc passé au cours de cette année 1407 pour que "l'histoire officielle" évite scrupuleusement d'y faire allusion ? Un événement serait-il survenu cette année-là serait-il susceptible de concorder avec les faits relatés par Perceval de Boulainvilliers que tout le monde chercherait à camoufler ? Il se trouve, pour son malheur, qu'Isabeau de Bavière, l'infortunée épouse du "roi fou", était réputée pour la légèreté de ses moeurs. Les libelles la surnommaient "Vénus", ce qui est tout un programme. On lui prêtaient de nombreux amants, dont le trés galant Louis d'Orléans, qui de son côté était connu pour être ce qu'il est convenu d'appeler "un chaud lapin". Il aurait un jour pris de force, derrière une tapisserie, la femme de Jean de Nevers, la comtesse Marguerite, ce qui en dit long sur son tempérament. De Mariette d'Enghiens, il avait d'ailleurs eu un bâtard que l'on se plaisait à surnommer "le beau Dunois".
    Rien de très original, en fait, à ceci près que selon l'école "bâtardisante" des amours adultérines de la reine de France et du duc d'Orléans serait né un enfant, à l'Hôtel Barbette, dans la nuit du 10 novembre 1407.
    Selon la Chronique des religieux de St Denis, ce nouveau-né se prénommerait Philippe et aurait succombé quelques heures après sa venue au monde. Il aurait été enterré dans la basilique royale. Mais faut-il la croire?
    Dans son Histoire de France en 30 volumes, l'abbé Claude Villaret mentionne également cette naissance illégitime, mais dans la seconde édition, précise P. de Sermoise, "subitement, sans nous en donner la raison, l'abbé Villaret (...) change Philippe en Jehanne". Cette correction sera maintenue dans les éditions suivantes, "montrant qu'il est absolument sûr de ce qu'il a fait imprimer". Pourquoi ce changement subit ? Quels documents secrets l'abbé a-t-il compulsé pour avoir une telle assurance ? Nul ne le sait. Mais ce "rectificatif n'est-il pas d'une portée étrangement suggestive pour nous? ". Ne serait-on pas en droit d'identifier le bébé né le 10 novembre 1407 des couches royales avec celui apporté à Domrémy par une intrigante escorte? Isabeau ne devait-elle pas agir face à cette naissance "inavouable", ce "vivant souvenir de la faute commise" qui "provoquait un scandale" à la cour -d'autant plus que l'Orléans se fit assassiner seulement deux semaines après son accouchement? Une solution s'offrait à elle : déclarer l'enfant sous un autre sexe, enregistrer faussement sa mort et l'emmener discrètement en lieu sûr, loin des regards et des malveillances. A Domrémy, dans la famille d'Arc, par exemple.
    "Ces circonstances à elles seules expliquent la falsification de l'état civil", conclut Jean de St Jean.


    Et voilà que tout s'éclaire!

     

  5. Cette subtile substitution serait d'ailleurs confirmée par un certain nombre d'étrangetés, émergeant de la vie de Jeanne, et qui prendraient toute leur saveur à la lumière de cette thèse. Comment se fait-il, par exemple, que celle qu'on nous présente comme une petite paysanne de Lorraine réponde à ses juges dans un français limpide, alors que sa langue prétendument natale, "seule parlée dans son pays", est "un dialecte proche du Champenois" ? Comment sait-elle monter à cheval, cette "bergère" qui "franchit sans difficulté les 600 km qui séparent Vaucouleurs de Chinon"? Par qui connaît-elle l'art de la guerre, cette "pucelle" qui fut, nous dit-on, si brillant capitaine? Il a bien fallu qu'on lui enseigne toutes ces choses! Pour être un "parfait cavalier" n'est-il pas reconnu "qu'un entraînement de huit années est nécessaire"?. Quelqu'un a donc dû donner des "leçons particulières" à la future héroïne. C'est incompréhensible si nous avons affaire à une vulgaire manante.
    Ce sont sans doute ses étranges précepteurs qui l'informeront sur ses origines dans lesquelles "sa nature généreuse et passionnée ne pouvait manquer de voir (...) l'indication d'un grand devoir à accomplir".
    Peut-être même sont-ce là ses énigmatiques "voix" ?

     

    Le secret trahi

     

  6. Jeanne elle-même trahira son secret. Un jour de 1429, alors qu'elle se trouve en compagnie de Charles VII, le duc d'Alençon vient à pénétrer dans la pièce. En 1456, il se souviendra avec précision des paroles que la Pucelle eut à cette occasion. Transportée par la joie, la Pucelle lui aurait déclaré la bienvenue en ces termes : "Plus on sera ensemble du sang du roi de France, mieux cela sera", ce qui signifie "sans contestation possible", note A. Brisset, qu'elle l'est, elle aussi, de "sang royal".
  7. L'étude des armoiries de Jeanne confirmerait le fait. Le roi, en effet, confère à sa protégée un blason. "Quel est ce blason ? " demande Jacoby. Citant les pièces du procès il précise : "d'azur à deux fleurs de lys d'or et une épée d'argent, à la garde dorée, la pointe en haut, férue en une couronne d'or". Il poursuit : "on sait quelle était, à cette époque, l'importance de l'art héraldique" et on sait aussi que les bâtards possédaient les "privilèges de la noblesse jusqu'à celui de porter les armes de leur Maison, mais ceci avec une certaine différence qu'on appelait une brisure. Cette brisure prenait ordinairement la forme d'une barre, qu'on posait sur le blason, mais parfois elle consistait en une modification de l'une des armoiries (...)".
    Les armoiries de Jeanne, dans lesquelles la troisième fleur de lys est remplacée par une épée n'étaient donc simplement que celles de France, avec une brisure. G. Pesme peut s'exclamer : "réclamer le blason de la Maison de France mais cela ne serait jamais venu à l'idée d'une paysanne ! ".

     

    Charles VII était complice

     

  8. Dés lors, l'objet de la rencontre entre Jeanne et le roi est évident. Lisons P. de Sermoise : "Le point essentiel est la confiance. Charles l'avait perdue ; Jeanne la lui redonne; En moins de deux heures elle a retourné la situation, transmuté la légitimité discutable en une vérité imprescriptible" de par Dieu" (...) : il était bien le fils de Charles VI", c'est sa propre soeur qui le lui affirmait, mise au courant par les précepteurs que lui avait détaché sa mère.
  9. Les "bâtardisants" évoquent alors avec délectation le mystère (encore un!) de la disparition du "Livre de Poitiers". Ce livre, qui était un condensé des conclusions de la commission franciscaine qui examina Jeanne sur ordre du roi, a disparu depuis le XVe siècle sans qu'on sache où il a atterri. Or Edouard Schneider, ami de Pie XI et citoyen d'honneur du Vatican, l'aurait vu de ses propres yeux "enfoui dans les fonds secret de la bibliothèque du Vatican". Cet ouvrage, caché au fond d'archives inaccessibles, ne contiendrait-il pas la "preuve formelle de la filiation réelle de Jehanne"? Sinon, pourquoi l'aurait-on soustrait aux yeux du public?
  10. Il serait évidemment inconcevable que le roi ait pu laissé brûler sa demi-soeur sans réagir. Le procés de Rouen fut donc tronqué et Mgr "Cauchon était de connivence pour monter cette énorme mystification". Jeanne sera déclarée hérétique, puis relapse au cours d'une parodie de procès. Les prisons médiévales regorgeaient de sorcières condamnées à mort. La bâtarde royale s'échappa vraisemblablement par un "souterrain du château", tandis qu'on amenait au-devant de la populace une autre suppliciée, qui, selon Perceval de Cagny dont P. de Sermoise cite la Chronique, "fut amenée du chastel le visage embronché au lieu-dit où le feu était prêt". Embroncher qui "signifie très exactement : couvrir, voiler, pencher en avant avec l'idée d'assombrir ou de cacher -Conclusion : "un chaperon rabattu embronchait un visage et le dissimulait " pour que personne ne se rende compte de la comédie d'exécution à laquelle les autorités se livraient.

     

    Jeanne des Armoises et Jeanne d'Arc ne sont qu'une

     

  11. Nous voici donc en plein "survivisme", avec une Pucelle dans la nature. Pendant quelques années on perd sa trace. Elle n'est pas bien loin. Le 20 mai 1436, comme le rapporte la Chronique du Doyen de St Thiébault de Metz, la voilà qui réapparaît à la Grange-aux-Ormes. "La reconnurent ses deux frères Pierre et Jean" : c'est donc une information solide. Puis la Pucelle se rend au Luxembourg, où elle fait la rencontre du chevalier Robert des Armoises, qu'elle épouse le 2 septembre à Arlon. Elle s'appelle désormais Jeanne des Armoises. Un mois plus tard, elle court à Tiffauges porter secours à son ancien compagnon d'armes, Gilles de Rais, qui combat les "écorcheuses". Après quelques autres campagnes, elle retourne en juillet 1439 sur les lieux de sa première victoire : Orléans. "Les notables de la ville et de nombreux gens du peuple qui l'avaient approché en 1429", auxquels selon certains il faut ajouter sa propre mère et Charles VII, la reconnurent "tous et sans exception". A. Brisset relève d'ailleurs que sur les comptes d'Orléans "figure un don de deux millions" pour le bien qu'elle a fait à la ville durant le siège.
    "Puis elle rejoint son époux dans le château de Jaulny (...). Elle cesse de faire la guerre et demeure en son château où elle meurt en 1449 ou 1450."
La somme de tant d'arguments convergents laisserait groggy le plus sceptique des rationalistes. On le serait à moins : tout semble se tenir. Tous les faits s'éclairent et semblent, pour une fois, s'enchaîner logiquement. Mais pourtant, de ce bel édifice, de ces déductions si fines... rien ne subsistera, après confrontation avec les faits.



 

L'absence de nom?

 

Il est parfaitement exact que Jeanne n'ait pas porté le nom "d'Arc" de son vivant. Mais c'est pour une raison fort simple. A son époque, la coutume veut que l'on accole à son prénom le nom du lieu de résidence ou d'origine (Jehannette de Domrémy, par exemple), ou encore un surnom qui évoque une activité particulière (la mère de Jeanne s'appelait Romée, en raison d'un pèlerinage qu'elle avait effectué en la ville de Rome).
De plus, dans le royaume de France, il faudra attendre le XVIIe siècle pour que les femmes portent le nom de leur mari et les filles celui de leur père. En ce XVe siècle, rien de définitif n'a encore été décidé par les autorités et chaque village a ses coutumes. Il est ahurissant que les "bâtardisants", raisonnant comme si le procés se déroulait à l'époque moderne, feignent de l'ignorer pour en tirer des conclusions tendancieuses. A moins qu'ils l'ignorent vraiment, ce qui ne constitue pas une circonstance atténuante.
Contrairement à ce qu'ils disent, Jeanne ne cherche pas un seul instant à cacher ses origines. Le 21 février 1431, elle confie au juge, sous serment et sans le moindre embarras, qu'elle est née au village de Domrémy, ajoutant que son père "s'appelle Jacques d'Arc et (sa) mère Isabelle." Inutile de se torturer l'esprit sur ce point.

 

Jeanne d'Arc ne s'est pas rajeunie!

 

Sur cette question, les "bâtardisants", qui n'ont pas saisi précédemment que les progrès de l'état civil ont suivi les luttes entreprises par le roi de France contre les particularismes locaux, font à nouveau les frais de leur ignorance de l'arrière-plan historique. Si Jeanne ne donne pas son âge avec la précision d'une administrée modèle, il n'y faut point chercher malice : c'est tout simplement qu'elle l'ignore avec exactitude, comme toutes les personnes de son temps. Quiconque a eu un jour accès aux archives médiévales sait combien les âges et les précisions de cet ordre demeurent incertains pour cette période, où les registres de baptêmes ou d'état civil ne sont tenus qu'exceptionnellement. Nos détectives se sont certainement passés d'une telle visite, qu'ils ont dû juger inopportune pour des gens de leur valeur!
Ce qui aurait tout de même dû leur mettre la puce à l'oreille, c'est que la plupart des témoins des procès prononcent cet "environ" ou cet "à peu près" qui fait naître leur soupçon. Ils auraient pu se demander pourquoi. Mais ils préfèrent affirmer ex cathedra. Affirmer par exemple qu'Hauviette de Sionne a 45 ans en 1456. Comment peuvent-ils en être si sûrs?
Est-ce d'ailleurs par pur hasard que le témoignage de cette Hauviette est si souvent invoqué? Sans doute pas, car les 115 autres dépositions et notamment celles des parrains et marraines de l'accusée (celles et ceux qui l'ont donc portée sur les fonds baptismaux) confirment unanimement l'âge donné par "l'histoire officielle".
Il y aurait encore la "dame Béroalde de Verville"? A son propos, Yann Grandeau remarque avec amusement que "si cette dame, qui d'ailleurs était un homme (la bévue est plaisante) assista à l'entrevue de Charles VII et de Jeanne d'Arc (...) ce dut être dans une vie antérieure ; François Béroalde ou Berval (...) ; naquit en 1558."
En se reportant au texte, on s'aperçoit en outre que dans l'esprit du chanoine l'âge de Jeanne "se compte par sept" et non comme indiqué plus haut par "trois fois sept"... Tout à l'avenant.

 

Quelle "escorte royale"?

 

L'escorte et le bébé, voilà au moins du sérieux !
Eh bien non... Faisons bénéficier les "bâtardisants" de la traduction littérale du passage dont ils se font forts de nous restituer la "substantifique moelle" (sans jamais le citer en entier) : "Dans cette nuit de l'Epiphanie du seigneur, lorsque les peuples ont coutume de se souvenir plus joyeusement des actes du Christ, elle (Jeanne) entra dans cette lumière des mortels et, chose admirable, tous les habitants du lieu sont pénétrés d'une grande joie, et, ignorant la naissance de l'enfant, vont çà et là demandant ce qu'il est arrivé de nouveau. Tous les coeurs partagent cette allégresse. Que dire de plus ? Les coqs comme des hérauts de la nouvelle allégresse font entendre, au lieu de leur chant habituel, des chants inaccoutumés et, battant des ailes pendant deux heures, semblent annoncer un événement nouveau."
Que dire de plus, en effet ? Où sont passés la haquenée, ses couvertures l'escorte, les flambeaux et le précieux bébé ? Disparus, évaporés! Désinvolture ou escroquerie?

 

Le statut des bâtards n'était pas celui qu'on croit

 

Il est toujours cocasse de lire les affirmations péremptoires de quelques historiens, ou se prétendant tels, relatives à la vie privée des célébrités du passé. Est-il utile de limiter leurs propos en insistant sur le fait qu'ils ne reposent bien souvent que sur les ragots d'une époque ?
Il en va ainsi des relations étroites qui auraient unis Isabeau de Bavière et le duc d'Orléans. On les sait tout deux assez torturés par leur "démon intérieur" ; on relève la fréquence des visites de l'Orléans au domicile de la reine -c'est suffisant pour les coucher dans le même lit. Remarquons tout de même que les documents sont inexistants et que les chroniqueurs les plus sérieux n'ont pas pour habitude d'écrire sous la couche de leur maître. Que le douzième et dernier enfant d'Isabeau lui ait été fait par le roi, par un amant inconnu ou supposé, nul n'en saura jamais rien et il faut s'y résoudre.
Passons. Car le fait d'être bâtard, en ces temps révolus, quoiqu'on en pense aujourd'hui, n'était pas perçu comme une infamie, comme en témoigne d'ailleurs la vie du bâtard d'Orléans, le "beau Dunois". Les chroniques royales sont remplies de bâtards royaux, sans qu'aucune censure ne sévisse ; rois et reines les promènent sans complexe et ils ont leur place à la cour ; la société n'est pas choquée, pas plus que l'Eglise, qui entre deux sermons moralisateurs, n'hésite pas à en canoniser certains.
De quoi voudrait donc se cacher la reine? Et de qui surtout ? Comme le prouve la Chronique incriminée, l'accouchement n'a pas été clandestin. D'autres auteurs en font mention, comme le héraut Berry ou Jean Raoulet, sans être le moins du monde inquiétés. La réalité de l'adultère n'était pas anéanti par la substitution imaginée, la grossesse la dévoilait assez. Et si adultère il y avait on ne voit pas ce qu'un changement de sexe ou de prénom y changeait.
Cette légende de la bâtarde ne provient que de l'Histoire de France en 30 volumes.. Un peu comme la "dame de Béroalde", c'est en effet une source autorisée... du XVIIIe siècle. Soit de trois siècle postérieures aux événements.
Le "perspicace" Villaret, comme l'écrit Jacoby, n'est d'ailleurs pas responsable de la modification puisqu'il est mort en 1766 et que le changement intervient dans l'édition de 1770. L'apparition d'une énigmatique "Jehanne" n'est due qu'à une regrettable erreur du typographe. On ne comprendrait pas, sinon, la raison pour laquelle les éditeurs auraient laissé subsister, comme c'est le cas dans la première édition de 1764, la précision que les douze enfants de la reine sont "en nombre égal des deux sexes", soit 6 mâles et 6 femelles, alors que l'apparition motivée d'une nouvelle fille aurait dû leur faire remarquer que la répartition des sexes avait changé (respectivement 5 et 7). Dans l'édition de 1770, on peut d'ailleurs signaler d'autres erreurs, telle cette "Jeanne, duchesse de Bretagne", qui a été confondue avec une duchesse d'Orléans.
La relecture de cet ouvrage fut hâtive, sa publication défectueuse : autant de raisons pour que les "bâtardisants" le propulsent "source" et en déduisent un chapelet d'élucubrations. Or le héraut Berry et Jean Raoulet, qui écrivaient, eux, au XVe siècle, confirment l'accouchement d'un fils prénommé Philippe, mort le jour même.

 

Le "stratagène"

 

Jeanne était loin d'être un "parfait cavalier", contrairement à ce que supposent les bâtardisants. La route lui fut pénible et fatigante et sa chevauchée nécessita de nombreuses étapes. Un médecin délégué par Cauchon fit état de ses parties inférieures abîmées par l'équitation et le manque d'entraînement.
Néanmoins, il est fort probable qu'elle n'attendit pas sa rencontre avec le sieur de Baudricourt pour s'exercer à l'équitation. Ses parents avaient un "gagnage", autrement dit une ferme dans laquelle étaient employés pour l'exploitation un certain nombre de chevaux (à la différence du simple "conduit", qui n'en comptait pas). Elle a dû les monter plus d'une fois. C'est méconnaître profondément les usages de la campagne que d'y voir un prodige.
Rien de merveilleux non plus dans la langue parlée par Jeanne. La langue dite "française" (= originaire d'Ile-de-France) ne fut sans nul doute imposée qu'avec beaucoup de difficultés; au XVe siècle la multiplicité des idiomes rendait encore délicat le dialogue entre des provinces éloignées. Mais à cette même époque, le dialecte champeno-lorrain, que l'on employait entre autres dans le coin de Domrémy, était un des plus proches de celui parlé en Ile-de France. Il avantageait donc notre héroïne plutôt qu'il ne l'handicapait et elle n'eut aucun mal à s'exprimer devant le roi comme devant ses soldats ou ses juges.
Quant à la pratique guerrière, je vois mal ce qui aurait prédisposé une princesse de sang royal à devenir un capitaine victorieux... L'atavisme ? Le "stratagène" est encore inconnu !

 

Quand la fausse érudition se met au service d'une mystification

 

Jeanne était-elle "de sang royal"?
La citation de G. Pesme, par lui traduite du latin, est tronquée. Jeanne n'a jamais prononcé les paroles qu'il lui prête. Correctement transposée en français, l'expression exacte est : "Tant plus seront ensemble du sang royal de France, mieux ce sera ". Le sens en est différent, du tout au tout. Au cours de sa rencontre avec le duc d'Alençon, Jehanne déclare seulement sa satisfaction de voir réunis avant la bataille le roi de France et son cousin. Elle ne prétend pas faire partie de la famille. La version latine ne profite pas aux "bâtardisants"!
Jacoby et consorts n'ont rien compris non plus aux règles de l'héraldique qui, comme celles du latin, sont contraignantes :
  1. La "brisure" revendiquée n'est pas un signe de bâtardise, mais le moyen de distinguer la branche aînée de la branche cadette, ce qui est sensiblement différent.
  2. La bâtardise ne s'effectue jamais par une pièce principale telle qu'une épée, mais par une barre ou un bâton péri placé en barre.
  3. La fleur de lys n'est pas l'exclusivité de la famille royale. En remerciements pour services rendus, le roi autorisait souvent l'incrustation de ces "meubles de concession" dans le blason de ses preux chevaliers. Tel fut, par exemple, le cas de Gilles de Rais.
  4. Si le blason de Jeanne évoque sa bâtardise, pourquoi ses frères l'ont-ils également arboré ? Se livrait-on à un trafic d'enfants entre l'Hôtel Barbette et Domrémy?
  5. Les héraldistes sont d'accord sur la signification à accorder à cet écu : "l'épée posée en pal couronnée rappelle le relèvement de la fortune de la couronne de France (que Jeanne) obtint l'épée à la main", écrit avec élégance Moreau de la Meuse.
Nul n'est besoin d'entretenir des sous-entendus biscornus. Tout est clair : le blason de Jeanne évoque le rôle de la jeune fille (l'épée) dans la "reconquête" du royaume (les lys) et non pas son appartenance à la famille d'Orléans.
L'argument du "secret de famille" n'est guère plus probant. Imaginons un instant la scène que décrivent les "bâtardisants", Jeanne divulguant à Charles VII, dans l'embrasure d'une fenêtre, qu'elle est sa demi-soeur... A qui peut-on faire croire que cette soudaine révélation ait brusquement plongé le roi dans une indicible joie et lui ait rendu la confiance en lui qu'il avait perdue ? Lui qui doutait de l'identité de son père, cela l'aurait au contraire achevé! Sauf à considérer qu'une femme soit limitée par la nature à n'accoucher que d'un seul enfant adultérin, ce qui, les "bâtardisants" en conviendront, est encore loin d'être un fait établi... Exit, cet argument fallacieux.
Quant au "Livre de Poitiers" caché au fond Vatican, il ne vaut guère mieux. Il est dommage que les lettres d'Edouard Schneider, qui sont censées contenir cette révélation, ne fassent pas une seule fois référence à ce rapport, comme il l'a été démontré le 21 mai 1964 lors d'une confrontation publique à Orléans entre G. Pesme et quelques historiens sceptiques.

 

Les probabilités d'une évasion

 

Cauchon était-il de mèche ? Jeanne aurait alors été au coeur d'une vaste conspiration, dont tous les témoins, et en particulier les habitants de Domrémy, auraient nécessairement complices, avec une conscience professionnelle dans le parjure qui étonne en ces temps d'Inquisition féroce et qui doit s'expliquer... par le microclimat de la région!
Seulement, si tout le monde fut tenu dans la confidence du secret, peut-on encore objectivement considérer que c'en fût un? Et, si ne n'en fut pas un, le silence des archives ne lasse pas d'étonner. Quant aux fouilles effectuées à l'emplacement de l'ancien château de Bouvreuil, elles n'ont guère mis à jour de fantasmagorique souterrain.
Alors, pourquoi avoir masqué le visage de la victime? C'est trés simple : le visage de Jeanne n'a pas été masqué ! Perceval de Cagny, qui soit dit en passant n'assistait pas à la scène, de son propre aveu, fait effectivement référence à un visage "embronché", mais ce mot est traduit de façon erronée. Comme l'indiquent les manuels de linguistique, "embronché", qui peut signifier certes "caché", veut d'abord dire : "mis de travers". Or, une macabre coutume voulait justement que les hérétiques soient conduits au bûcher en portant une mitre que leur bourreau, avec un raffinement sadique se plaisait à placer "de travers". Ce qui fut précisément le cas pour Jeanne.
Il n'y a pas à se demander ce qui est le plus voilé, du visage de la condamnée ou de la bonne foi de ceux qui tordent les textes à leur convenance.
Les paroles de ceux qui ont assisté à l'horrible scène, Pierre Cusquel, Guillaume de la Chambre, les notaires Guillaume Manchon, Guillaume Colles, Nicolas Taquel et de nombreux autres sont, quant à elles, sans détour et irréfutables. Et l'on n'a jamais retrouvé aucun témoignage de l'évasion, évidemment.

 

La dame des Armoises, vraie Pucelle d'Orléans... ou "impostrice"?

 

D'abord une évidence : si Jeanne ne s'est pas échappée de ses geôles, comme les actes officiels et les propos des témoins faits sous serments l'attestent, si elle est morte dans les flammes allumées par le bras séculier et si ses cendres ont bien été jetées à la Seine, Jeanne des Armoises est obligatoirement une "impostrice". L'épaisseur des "preuves survivistes" tenant du papier à cigarettes, nous pourrions en l'occurrence nous abstenir d'étayer notre réponse.
Il n'empêche. Jeanne des Armoises a bien existé, c'est un point que nous ne marchanderons pas. Il est également incontestable qu'elle s'est présentée comme "Pucelle d'Orléans" (il est d'ailleurs piquant qu'elle ait continué à se prévaloir de ce titre après son mariage!). Mais notons d'emblée qu'elle ne fut pas la seule à revendiquer cette identité. Rien qu'en Anjou, les chroniques ne répertorient pas moins de trois!
Qu'est-ce qui faisait courir ces "Pucelles"? Le goût de l'aventure, certainement ; l'appât du gain, sans aucun doute ; certaines d'entre elles étaient peut-être aussi de grandes malades. Lorsque Jeanne des Armoises se rend à Orléans c'est en tout cas par besoin, puisque son mari vient de mourir (douteux aussi, celui-là, puisque ses biens ont été confisqués, et qu'il vivait en proscrit à Metz et au Luxembourg -et qu'il continuait à porter le titre de seigneur de Tichemont qui lui avait été retiré).
La ville lui baille, c'est vrai, une importante somme d'argent de 210 livres parisis -mais pas les "deux millions" des survivistes. Elle n'y rencontre ni sa mère, qui n'y résidera qu'un an plus tard, ni Charles VII (il est drôle, ce Pesme qui nous dit avec l'humilité qui le caractérise : "J'affirme que le roi était à Orléans dés ce moment..." ; comme s'il suffisait "d'affirmer"...). Elle cherche, au contraire, à éviter tout contact avec le roi et quitte la ville dès que l'arrivée de celui-ci est annoncée.
Il n'est pas inintéressant de noter qu'au cours de sa courte et prudente visite, elle ne rencontre que des "seconds couteaux" qui ne sont pas plus qualifiés pour répondre de sa véritable identité. Sa ressemblance leur suffit ; son aplomb fait le reste. Le moyen âge est très friand de ses réapparitions miraculeuses, qui ne surprennent guère un peuple vivant au rythme de la "légende dorée". Jeanne, au demeurant, ne parle que par "paraboles", un exercice qui demande beaucoup d'astuce et une certaine agilité d'esprit, mais qui a pour effet de faciliter grandement l'approximation des réponses. L'aide qu'elle apporte en Vendée à Gilles de Rais, devenu depuis 1438 un nécromancien de la pire espèce, sacrifiant au démon des centaines de jeunes enfants sur lesquels il a auparavant assouvi ses fantasmes sodomiques, ne plaide guère en sa faveur.



Gilles de Rais

 

Et les frères ?

 

Les "survivistes", jamais à cours, soutiennent qu'il est totalement impossible qu'elle ait également réussi à berner ses deux frères. Mais s'agit-il bien de ses deux frères? Si Jeanne des Armoises est parvenue à tromper son monde, pourquoi ne se serait-elle pas entourée d'acolytes tenant le rôle de ses frères?
Admettons que ce soit bien les authentiques frères de l'authentique Jeanne. Qui dit qu'ils furent dupes? Peut-être ont-ils opportunément exploité l'événement. On sait que Jean avait sensiblement profité de l'entreprise de sa soeur et qu'il ne se privait jamais de demander des fonds aux villes parcourues. L'impostrice lui servit peut-être quelque temps. Par la suite, il s'en serait écarté.
Ce qui est sûr, de toutes façons, c'est que c'est la famille de Jeanne d'Arc, Pierre d'Arc et Isabelle Romée en tête, qui introduisit la cause de réhabilitation quelques dix années plus tard. Pour éclairer cette aventure, il est toutefois indispensable d'insister sur un fait survenu en août 1440, curieusement absent de la démonstration "surviviste" : à savoir l'aveu de l'escroquerie par Jeanne des Armoises, en personne, devant l'Université et le Parlement de Paris! Pierre Sala ajoute qu'elle se confessa devant le roi.
Après le récit de son subterfuge, plus personne n'entendit parler d'elle. Elle s'enfonça à nouveau dans les brumes de l'histoire d'où elle n'était sortie que par l'inadvertance de quelques chroniqueurs, plus prudents cependant que les survivistes ont cherché à le faire croire.
Après ces quelques précisions élémentaires, que reste-t-il de l'hypothèse en 11 points ?
La réponse est aisée : un gros zéro tout rond !

 

Les rêves de M. le sous-préfet

 

Un dernier point : l'origine des divagations "bâtardisantes".
Elle est à chercher dans les vers du sieur Pierre Caze, sous-préfet de Bergerac sous le Premier Empire. Tortilla-t-il "la soie blonde de ses favoris" en répétant vingt fois "Messieurs et chers administrés..." sans que "la suite de son discours" ne lui vînt ? Alphonse Daudet n'y était pas pour nous le dire.
Ce que l'on sait, en revanche, c'est qu'en 1805 Caze publia le premier ouvrage qui mettait en scène une Jeanne adultérine et royale sous le titre La mort de Jeanne d'Arc ou la Pucelle d'Orléans. Genre du livret : tragédie.
La vraie tragédie, pour le sous-préfet, ce fut que les comédiens sollicités, jugeant le style un peu mièvre et l'intrigue trop décousue refusèrent de jouer la pièce!  

Paul-Éric Blanrue


mis en ligne par trattoria